Artline Discovery - 18/05/2020

Nuke : le logiciel indispensable pour la VFX ?

Développé originellement par Bill Spitzak pour les besoins internes de Digital Domain et récompensé pour son utilisation dans des films comme "Titanic", Nuke est un logiciel de compositing très utilisé pour finaliser les images VFX. La dernière version en date du programme (disponible en téléchargement ici : Nuke 12 download), apporte un lot d'innovations conséquent. Au royaume des programmes de compositing, Nuke tient à présent la place de chef d'orchestre. En effet, il en a certaines caractéristiques :

  • Une approche de gestion synthétique;
  • Un système nodal permettant les articulations des transformations multi-plans;
  • Un outil de versionnage offrant un processus de travail collaboratif.

Mais avant toute chose, Nuke est un excellent logiciel dans son domaine : la production d'effets spéciaux. Sa puissance dans le monde VFX s'explique par la volonté du studio "The Foundry" de développer une solution clef en main. Par conséquent, Nuke est doté, entre autre :

  • D'une gestion de hardware en accélération et sorties vidéos;
  • D'une timeline multi-calques;
  • D'une fonction de deep compositing pour combiner le moteur de rendu interne et les espaces 3D;
  • Une vaste collection de keyers;
  • Une fonction avancée de rotoscopie;
  • Des 3D camera tracker et tracker planer;
  • Des plugins furnace;
  • Des systèmes de particules, de retiming et des lens distorsion.

À l'ère de l'expérience 3D, par ailleurs, Nuke offre un environnement de travail stéréoscopique. Ce détail est très apprécié des équipes de post-production.

 

Guide de survie pour prise en main rapide

Afin d'automatiser la richesse de ses fonctionnalités de logiciel VFX, Nuke propose un système de script basé sur le Python. La flexibilité de ce langage haut niveau, combinée à l'excellente gestion des ressources dont Nuke est capable, permet de gagner du temps en post-production. En effet, les workflows devaient jusqu'à présent intégrer des travaux préliminaires exportés depuis des logiciels tels que Maya ou 3DS Max. Mais ça, c'était avant. La première étape de modélisation peut aujourd'hui être en partie prise en charge par Nuke. C'est justement cet aspect tout-en-un qui séduit de plus en plus. Afin de vous permettre de prendre en main quelques fonctionnalités de base et de répondre à des questions fréquentes, nous vous proposons le tutoriel ci-après.

Comparaison entre After Effects et Nuke : calque et nœud

Lorsque la pertinence d'utiliser Nuke est discutée, de nombreux habitués de l'excellente suite Adobe pointent du doigt un logiciel VFX à l'ergonomie différente. La comparaison est d'ailleurs devenue récurrente, en témoigne le nombre de résultats que vous trouverez sur des requêtes telles que "Nuke vs After Effects". La question la plus fréquente à cet égard est notamment : pourquoi le logiciel fait-il fi de la notion de "calque", au centre de beaucoup de programmes ? La réponse est en fait dans la question : justement parce que Nuke dispose d'une ergonomie particulière. Pour la comprendre, faisons une rapide évaluation des fonctionnalités de chacun de ces deux logiciels. Le concept organisationnel de "nodes" (noeuds) chez Nuke est en l'occurrence l'équivalent de celui de "layers" (calques) chez After Effects. C'est par ailleurs précisément là que Nuke innove et permet aux infographistes et autres utilisateurs de logiciel VFX de fonctionner plus efficacement. En effet, cette architecture permet notamment :

  • Un environnement de travail synthétique;
  • Un aspect programmatique omniprésent.

La perception synthétique que Nuke offre est permise par le système de gestion que les nodes proposent. Pour le comprendre, on peut établir un parallèle entre l'organisation d'After Effets et une "pile" au sein de laquelle s'entassent les calques les uns au-dessus des autres. Comparativement, les nodes sont des clichés de chaque élément s'étalant sur la table de travail. Ce choix d'interface offre une puissante vision de l'ensemble des éléments du projet. Le concept du node est d'autant plus utile qu'il permet un comportement déterminable très précisément. En effet, chaque nœud est défini comme un ensemble de paramètres assemblés dans un format texte. Cette architecture offre la possibilité de dupliquer, adapter et même grouper les nodes (en "gizmos") en seulement quelques actions. Ce choix permet également de faciliter le travail collaboratif. En effet, un simple copier-coller du texte source des nodes permet de communiquer à un collaborateur les effets paramétrés dans le logiciel VFX. À cette intelligibilité de format s'ajoute l'implémentation du langage Python permettant l'automatisation des éléments d'un fichier.

 

Notre tutoriel Nuke : les notions-clefs en action

Cependant, l'efficacité notoire de Nuke au sein de la communauté du logiciel VFX ne se donne pas un certain paramétrage. Quelques-unes des fonctions élémentaires suivent en l'occurrence cette nécessité.

Gérer la transparence sous Nuke avec la couche alpha

Adobe After Effects offre une certaine simplicité en gérant de lui-même la transparence. Néanmoins, Nuke permet une granularité digne d'un outil de maître du jeu. Pour prendre la gestion de la transparence en main, il vous faut mettre en œuvre un masquage par bézier. Les étapes-clefs en sont les suivantes :

  • Créer un node bézier suivi d'une copie du même node;
  • Définir les vertices du masque de bézier en faisant appel à la commande option (en pressant la combinaison alt+control);
  • Attacher le node bézier à l'input A de la copie de node;
  • Attacher l'input B à la branche contenant l'image considérée pour la transparence.

Cette procédure vous permet en l'occurrence de copier la couche alpha de la branche A vers la branche B. Le résultat est la copie du bézier dans le flux (stream) devant interpréter la couche alpha. Il vous reste ensuite à demander à Nuke de prémultiplier la couche. Pour ce faire, ajoutez simplement un node "prémultiplié".

 

Remplacer AfterEffect Curves par le Nuke ColorLookup node

Une des fonctions bien connues des aficionados de After Effects est le Curve Effect. Son utilité réside dans l'altération des tonalités de l'image originale. Cela peut se faire notamment en manipulant les valeurs de couleurs d'un ensemble de points suivant une diagonale. Nuke dispose bien entendu d'un tel outil. C'est d'ailleurs l'un de ses nodes standards, nommé ColorLookup, qui remplit cette fonction.

HueCorrect node à la rescousse des saturations

De la même façon que After Effect offre de gérer les teintes et saturations au travers de l'outil éponyme, Nuke a lui aussi son arsenal. C'est au node standard HueCorrect qu'il incombe d'ajuster la saturation d'une image. Les paramètres disponibles sont d'ailleurs relativement semblables en terme d'interface à ce qui se retrouve chez l'outil d'Adobe.

Mise au point grâce au Defocus node

Mises au point et définitions précises des zones de focus et de l'intensité du flou de zone hors focus sont d'une extrême facilité sous Nuke. En effet, le node Defocus qu'offre le logiciel VFX est facilement déployable. Son paramétrage passe par un simple ajustement de valeurs pour obtenir un résultat parfaitement fidèle à tout cahier des charges.

Pourquoi utiliser Nuke : les géants de l'industrie grands consommateurs

Si Nuke a été récompensé par des Academy Awards, c'est pour l'efficacité dont il a su faire preuve entre les mains de graphistes experts. Son développement a notamment connu une accélération depuis 2007, date à laquelle la société londonienne "The Foundry" a racheté le projet. Les succès retentissants du logiciel se retrouvent dans de nombreuses réalisations de multiples studios très connus. DreamWorks Animation, Sony Pictures Animation ou encore Walt Disney Animation sont à compter parmi les grands noms qui s'en servent régulièrement.

Maîtriser Nuke grâce au bachelor Infographiste 3D et mastère 3D-VFX

Afin de prendre le contrôle de toutes ces fonctionnalités et de bien d'autres, les aspirants infographistes doivent additionner les heures de pratique. Les enthousiastes du logiciel VFX le savent bien et cherchent à capitaliser sur cette opportunité. Il n'est qu'à taper "Nuke tutorials" dans Google pour voir fleurir les offres. Malheureusement, les étudiants réalisent en général rapidement la limitation qualitative de celles-ci. Aussi, un parcours cohérent et intelligemment dessiné reste important pour être armé face à la complexité de ce fantastique outil. Le bachelor infographiste 3D et le mastère 3D-VFX artist que nous proposons font en l'occurrence la part belle à Nuke. C'est en vue de vous donner toutes les clefs pour intégrer le monde du logiciel VFX et de la post-production que nous avons développé nos programmes académiques. Pour toute demande d'information complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.

Vous avez un projet ?

Vous cherchez la formation qui vous correspond ? Laissez-nous vous guider vers le cursus de vos rêves en quelques secondes !

Quel type de formation recherchez-vous ?
Quel univers vous intéresse ?
Quel typologie de compétences souhaitez-vous acquérir ?
Plutôt une formation sur un sujet précis ou à la carte ?
Quelle durée de formation souhaitez-vous ?

Nos actualités similaires

Que pouvons-nous apprendre des jeux vidéo ?

Découvez 'What Games Can Teach Us', une web-série créée par Mina, mentor au sein de notre CQP ETCN où elle décrypte ce que nous pouvons apprendre grâce aux jeux vidéos.

Esprit Shonen : à la rencontre de Mickaël

Mickaël, apprenant en deuxième année de notre cursus Concept Art et Illustration nous parle de son parcours, de ses inspirations et des dessins préférés !

Faut-il être gamer pour être un bon game designer ?

Faut-il être gamer pour être un (bon) game designer ? Et d'ailleurs, qu'est-ce qu'un game designer, et en quoi est-il différent d'un game développeur ?

Quand la passion devient source de détermination

Découvrez le témoignage de Pauline, graphiste chez Artline, qui nous parle de son parcours particulier et de ses conseils pour rester déterminer.