Artline Discovery - 09/05/2022

Faut-il faire une école d’art pour être tatoueur ?

En 2021, 20 % de la population française se déclare comme étant tatouée – un chiffre qui a doublé pendant ces 10 dernières années. Alors, naturellement, le métier de tatoueur attire de plus en plus de personnes : contre une vingtaine de salons recensés en dans les années 80, on compte aujourd’hui, la France en compte aujourd’hui plus de 5000 !
Nous nous sommes demandé : faut-il faire une école d’art pour être tatoueur ?


Quelle formation pour être tatoueur ?

Le métier de tatoueur est bien entendu une profession artistique qui nécessite une certaine affinité pour le dessin. À ce jour, il n’existe qu’un seul diplôme reconnu pour exercer le métier de tatoueur : le diplôme d’artiste-tatoueur délivré par l’École française du tatouage, obtenu à l’issue d’une formation de 2 ans.


Mais il est tout à fait possible de devenir tatoueur sans passer par cette étape : généralement, les tatoueurs se forment de façon autodidacte ou en formation continue par apprentissage dans un salon de tatouage existant.

tatouage-ecole-dart
L’école d’art, une étape à passer pour devenir tatoueur ?

Nous avons posé la question à 3 tatoueurs à travers la France, en salon et en indépendant. Axel, à Bordeaux, Anne-Sophie, à Nantes et enfin Marianne, à Lyon, nous ont répondu.

L’avis d’Axel, tatoueur résident chez Kitchen Tattoo :


« Ça, c’est la grosse question ! Je pense que ça peut être un plus, d’avoir fait une école d’art.
Ça va donner les bonnes bases sur les proportions de visage, par exemple, mais aussi la perspective, les proportions dans l’espace… Après, avoir fait l’école de dessin vraiment pour devenir tatoueur je ne pense pas que ça soit nécessaire.
Moi, je n’ai pas fait l’école de dessin, ma collègue non plus, et pourtant on a tous les deux des styles bien marqués ! C’est notre personnalité qui ressort dans nos dessins. Le problème dans les écoles d’art, c’est qu’ils sont souvent assez bridés. On leur demande de suivre une direction, de s’y tenir, et c’est un professeur qui va décider si c’est bon ou pas. Moi j’ai un peu de mal avec ça. C’est ce que je dis toujours : un crâne humain, dans ma tête, il est d’une certaine manière – dans celui de ma collègue, il sera d’une autre. Personne ne peut dire – celui-là, il est bon, celui-là, il n’est pas bon ! Pour moi, l’art, c’est ce qu’on a dans la tête.
Après, sur du réalisme, sur la représentation d’une statue qu’on va faire sur la peau, là il y a un vrai support visuel sur lequel on peut se baser. Mais sur de la création graphique pure, je trouve qu’il n’y a pas besoin d’école d’art. »


L’avis d’Anne-Sophie, tatoueuse indépendante et professeur de dessin :

« Alors, mon avis personnel malgré ma petite expérience que j’alimente aussi avec l'expérience que j'ai avec les élèves que j'encadre en cours de dessin.

À mon avis, pour être tatoueur comme dans beaucoup de métiers artistiques, "faire une école d'art" n'est pas du tout une étape obligatoire. En tatouage, le côté technique (mécanique des machines, habilité à tracer...) on ne peut apprendre qu'en faisant donc en essayant le matériel : soit par soi-même, soit avec l'aide d'un sensei professionnel.

La partie sécurité et hygiène, on l'apprend en revanche uniquement grâce à la formation d'hygiène et salubrité, indispensable à toute activité de tatouage. Et c'est la pratique régulière et la discipline qui consolide ces compétences !

tatoueur-ecole-art

Le domaine où " l'école d'art" apporte quelque chose, c'est dans la capacité à dessiner et à inventer et proposer des motifs, des illustrations. Cette partie importante du métier de tatoueur demande une grande créativité et une maîtrise de ce qu'est une représentation graphique. Là, tu peux avoir besoin d'un enseignement, si tout seul tu te rends compte que tu ne parviens pas à dessiner ce que tu veux.
Mais il y a des solutions sans passer par une école si on veut devenir tatoueur.se !

S'entraîner, dessiner et réfléchir à sa patte visuelle, ou encore prendre des cours dans de petites structures, entrer en contact avec des tatoueurs pour échanger des savoirs.

Je donne des cours dans un atelier ou chaque élève a son projet perso. Cette année on a pas mal de futurs tatoueur.ses, et selon ce qu'ils souhaitent savoir dessiner, on les forme à la perspective, a l'anatomie, au traitement des ombres, a la couleur… Et surtout on les habitue à répondre à des commandes, même fictives, pour booster leur créativité et trouver leur style.

Tout ça, c'est faisable en école d'art, mais ça ne va jamais se rapporter spécifiquement au tatouage.
Alors pourquoi pas ! Si on veut avoir une formation complète sur en matière de dessin, de théorie, d'histoire de l'art et de disciplines bien sûr l'école est chouette - en plus du côté sociabilité du monde étudiant. Mais pour une vocation de tatouage, à mon avis, il vaut mieux miser sur la pratique, et trouver des formateurs plus proches du métier. Et surtout : dessiner, dessiner, dessiner ! »

Alors, qu'en pensez-vous ?

Vous avez un projet ?

Vous cherchez la formation qui vous correspond ? Laissez-nous vous guider vers le cursus de vos rêves en quelques secondes !

Quel type de formation recherchez-vous ?
Quel univers vous intéresse ?
Quel typologie de compétences souhaitez-vous acquérir ?
Plutôt une formation sur un sujet précis ou à la carte ?
Quelle durée de formation souhaitez-vous ?

Nos actualités similaires

Que pouvons-nous apprendre des jeux vidéo ?

Découvez 'What Games Can Teach Us', une web-série créée par Mina, mentor au sein de notre CQP ETCN où elle décrypte ce que nous pouvons apprendre grâce aux jeux vidéos.

Esprit Shonen : à la rencontre de Mickaël

Mickaël, apprenant en deuxième année de notre cursus Concept Art et Illustration nous parle de son parcours, de ses inspirations et des dessins préférés !

Faut-il être gamer pour être un bon game designer ?

Faut-il être gamer pour être un (bon) game designer ? Et d'ailleurs, qu'est-ce qu'un game designer, et en quoi est-il différent d'un game développeur ?

Quand la passion devient source de détermination

Découvrez le témoignage de Pauline, graphiste chez Artline, qui nous parle de son parcours particulier et de ses conseils pour rester déterminer.