Concept Art - 16/05/2022

Esprit Shonen : à la rencontre de Mickaël

Salut ! Alors moi c’est Mickaël KAJE, connu sous le nom de Yansom sur les réseaux sociaux (loin d’être une célébrité tout de même). J’ai 23 ans (bientôt 24 le 15 mai). Passionné par les mangas, j’aimerais, à travers mon expérience, vous parler de ce qu’on appelle souvent “l’esprit shonen” !

Pour commencer, un peu d'histoire

J’aimerais vous raconter un peu ma vie, parce que oui : j’aime raconter ma vie. Je dessine depuis tout petit, c’est ma sœur qui m'a transmis sa passion en me dessinant SanGohan, mon héros favori de Dragon Ball Z. C’est en voulant le reproduire que cette passion est née, j'avais environ 7 ans.

arcane

© Mickaël Kaje

Depuis, je dessinais assez souvent durant ma scolarité, j’avais de bonnes notes en art plastique, mes amis me supportaient dans ma passion. J’ai fait un bac ES pour ensuite me diriger vers le monde de la gestion. J’avais atteint un niveau intéressant mais avec des bases fragiles. Je rêvais de devenir mangaka en parallèle de mon futur travail, mais je n’avais pas espoir de pouvoir en faire mon métier. C’est en achetant ma première tablette graphique que les choses sont devenues de plus en plus intéressantes. 

Alors, me voilà diplômé d'une licence de gestion, en passerelle pour master en marketing en 2020-2021. C’est durant ces deux années que j’ai comprises que le business n’était pas pour moi, mais plutôt le dessin. J’ai réalisé plusieurs commandes pour des clients, j’ai découvert le monde du concept art, de l’illustration, de l’animation. C’est là que j’ai compris qu’avec le dessin je pouvais me forger un avenir solide. Conclusion, j’ai échoué ma passerelle en master 1 marketing avec succès.

Maintenant que j’en avais fini avec la gestion, déterminé à atteindre le milieu de la création, j’ai emprunté la voie du héros shonen voulant atteindre son rêve, j’ai acquis l’esprit shonen ! Mais qu’est ce donc ? Définition: ”Une attitude et un esprit Shonen nous poussent à dépasser nos limites pour explorer différentes méthodes, ouvrant ainsi les portes de la créativité. La créativité, c'est comme quand vous ouvrez les fenêtres et que la brise fraîche vous frappe” (univershonen.com). C’est là que j’ai cherché une école, en septembre. Je suis tombé sur Artline, qui prétendait pouvoir m’apporter ce dont j’avais besoin. Je me suis informé au max, j’ai cherché des vidéos, les élèves, les mentors pour savoir si c'était solide… Et verdict, Artline m’a convaincu !

Black-love2

© Mickaël Kaje

Quelques mots sur mon travail et mes illustrations

Mon processus de travail s’est vraiment construit petit à petit et continue d’évoluer. Je n’ai pas vraiment de planning, mais je vais devoir m’en créer un, car le temps m’est de plus en plus précieux. Avant de dessiner, je me mets dans une ambiance de concentration, soit avec des vidéos que je peux écouter comme des podcasts, ou de la musique (parfois problématique quand on y est sensible comme moi). Je sais ce que je vais faire, soit une étude, soit de l'entraînement, ou une illustration. Je recherche des références, j’en prends plusieurs pour me faire un moodboard et par la suite, commencer à travailler. Je travaille principalement sur Clip Studio Paint.


Plusieurs choses m'inspirent. D’abord moi, ce sont mes goûts naturels, mon identité, ma culture et celles des autres, l’histoire. Ensuite ce sont les autres artistes, mangakas (Hirohiko Araki), des concepts artistes, des character designers etc. Je n’hésite pas à étudier les styles d'artistes qui me plaisent. Je suis toujours en train de me surpasser, le dessin est un terrain de jeu sans limite, on peut aller partout et loin.


Ce que j’essaie de faire passer comme message dans mes dessins, c’est principalement mon identité africaine. C’est en premier lieu une acceptation de ma personne et de mon vécu, mais surtout de ma richesse. Chaque individu possède des richesses, le patrimoine génétique en fait partie, on doit être fier de ce qu’on est. Oui, car avant je ne dessinais pas des personnages qui me ressemblaient - alors que les autres si ! J’aime beaucoup dessiner les personnes noires surtout la femme noire, pour sa beauté, mais aussi pour sa position dans la société. Elle se bat beaucoup pour sa place, pour se faire accepter, elle défie les standards de la société. Les cheveux afros (homme ou femme) sont pour moi un symbole d’affirmation de soi. Tout cela m’a permis de me sentir bien et d’avoir davantage confiance en moi.

Nkosi-portrait


© Mickaël Kaje

Choisir son image préférée c’est un exercice assez compliqué, quel dilemme ! Je triche, j’en ai choisi deux.

Le premier est Karaba la Sorcière. C’est un personnage culte que tout le monde connaît en France et principalement la diaspora africaine. C’est un personnage que les Africains ont appris à aimer. Karaba a souvent été utilisée pour se moquer des petites filles noires à l'école, mais contre toute attente, Karaba s’est révélée être un symbole puissant. Oui, car après tout elle est très belle et elle possède une histoire puissante, tragique mais avec une touche d’espoir. Ce personnage parle à tous, car on a grandi et on l’a enfin comprise, comme Kirikou qui avait fini par la comprendre. Je voulais vraiment retranscrire sa beauté mais surtout son sombre passé que tout le monde connaît à présent.

 

 

Le second est un fanart d’un personnage de mon manga favori, le fameux One Piece ! Il s’agissait d’un challenge dans lequel on devait reprendre à notre sauce un personnage qui ne figure pas dans le favori de l'œuvre. Je me suis surpassé dans ce dessin, c’est sur ce dessin que j’ai vraiment réalisé quel était mon style, je me suis appliqué sur les détails et le décor. J’en suis toujours fier à présent. Celui-là, je vous assure traduit bien l’esprit shonen qui me motive chaque jour, repousser ses limites sans relâche.

© Mickaël Kaje

Le mot de la fin

Voilà, je vous ai raconté beaucoup de choses qui me sont chères, mais le plus important pour moi reste cet esprit shonen. Ayez un rêve, de l’ambition, mettez-y vos forces et vos moyens pour y arriver.

N’abandonnez pas, cherchez à vous surpasser ! Apprenez à vous connaître, je pense que c’est l’un des secrets les plus importants pour faire ressortir au mieux votre patte artistique. Connaissez vos goûts, vous n'êtes pas obligé de repasser par vos origines pour savoir ce que vous aimez évidemment, mais c’est cette démarche de curiosité et de recherche qui vous amènera loin.

Je terminerai sur ces mots : que l’esprit shonen soit avec vous !

Vous avez un projet ?

Vous cherchez la formation qui vous correspond ? Laissez-nous vous guider vers le cursus de vos rêves en quelques secondes !

Quel type de formation recherchez-vous ?
Quel univers vous intéresse ?
Quel typologie de compétences souhaitez-vous acquérir ?
Plutôt une formation sur un sujet précis ou à la carte ?
Quelle durée de formation souhaitez-vous ?

Nos actualités similaires

Où trouver du travail dans le domaine des jeux vidéo ?

Lara, conseillère pédagogique à l'Intitut Artline, nous parle du marché du jeu vidéo, des entreprises qui recrutent et des régions les plus actives dans le secteur !

L’institut Artline, un Art de vivre !

Sébastien Volpe, alumni de notre cursus Infographie 3D VFX et apprenant de notre cursus Game Art (si, si!) nous parle de son parcours et de son expérience chez Artline !

5 artbooks de films d’animation à ajouter à votre collection

Nous avons sélectionné pour vous 5 artbooks époustouflants qui vous plongerons au coeur du concept art de vos dessins animés favoris !

Dessin, motivation & Terenga : à la rencontre de Sagar

Sagar Ndiaye, apprenante en deuxième année de notre Bachelor Concept Art & Illustration, nous parle de son parcours, de ses motivations et de ses créations !